LCLAS

Association des actionnaires salariés du Crédit Lyonnais

 

 
 
 
 
 
 
 > LCLAS > Objet
 

Objet

 

Objet.

 

 

La participation lancée en 1959 par le Général De Gaulle adonné une impulsion décisive à la bonne santé des entreprises en France. C’était une volonté au plus haut niveau de l’état et cette volonté s’est naturellement concrétisée par plusieurs lois. Depuis 1959 de nombreux textes de loi tendant à améliorer la participation ont été promulgués par tous les gouvernements qui se sont succédés et ce quelle que soit leur tendance politique.

 

La participation a commencé à être installée dans les grandes entreprises puis progressivement dans les PME PMI. Cela est normal car il est plus facile de mettre en place la Participation dans les grandes entreprises qui ont une pérennité mieux assurée et des moyens plus importants et plus diversifiés.

 

La participation nous le savons tous se partage en quatre volets différents et complémentaires :

 

- la participation aux bénéfices

- l’intéressement

- l’actionnariat salarié

- la participation aux décisions

 

- La participation aux bénéfices a permis de mieux associer les employés à leur entreprise en les faisant participer aux bénéfices. La participation aux bénéfices est désormais bien installée et fait parti de lavie de pratiquement toutes les entreprises.

 

- l’intéressement permet de récompenser les secteurs de l’entreprise qui font avec succès des efforts. Ces efforts concourent à améliorer les résultats de l’entreprise. Ce volet de la participation pour être crédible dépend de la bonne organisation de l’entreprise et de la visibilité de ces efforts par tous les employés de l’entreprise. L’intéressement doit être crédible dans son attribution.

 

- l’actionnariat salarié a fait entrer les travailleurs Français dans la modernité économique. La culture économique des Français avant les privatisations des années quatre-vingt était particulièrement insuffisanteau regard des pays anglo-saxons. L’enseignement substantiel du management en France a pris racine en 1968 par la création, pratiquement ex-nihilo sur toutle territoire, des écoles de commerce et de management. La culture économique des citoyens quant à elle s’est améliorée grâce aux médias et par desformations dispensées de manière plus systématiques dans les écoles et dans les entreprises. Les associations d’actionnaires salariés ont à cet égard joué un rôle important. En effet ces associations ont pu se constituer en partenaire de l’entreprise. Elles ont diffusé des informations économiques sur leur entreprise à leurs adhérents et contribué avec des universitaires à la rédaction d’ouvrages techniques sur la participation.

 

- la participation aux décisions reste encore un volet encore balbutiant. Son nécessaire développement repose sur une avancée significative en matière d’organisation. Il est à remarquer que l’enseignement de l’organisation en France est très modeste, voir confidentiel. Nous le savons tous, la qualité de l’organisation est à la base du développement de l’humanité. Les pays les plus avancés et les plus influents dans le monde sont les pays les mieux organisés. La France fait encore partie des pays les mieux organisés mais a des progrès importants à faire dans ce domaine. Notre époque qui est une époque d’innovations incessantes nous oblige à des adaptations économiques efficaces et rapides.

 

L’entreprise est constituée par plusieurs acteurs etplusieurs centres de pouvoir qui contribuent à en assurer la pérennité. Cesacteurs sont au nombre de cinq :

 

1 – la direction qui dirige l’entreprise et a pour missionla survie et le développement de l’entreprise. La bonne santé de l’entrepriseest aussi bien économique qu’humaine. L’entreprise doit faire particulièrementattention au devenir de ses collaborateurs. La direction est l’acteur del’existence de l’entreprise. La direction tient compte de ses différents partenairesafin de perfectionner sa gestion.

 

2 — les employés représentés par les syndicats dialoguent avec la direction de l’entreprise pour négocier les accords salariaux. Ils sont présents dans les conseils d’administration mais ne souhaitent en général pas participer aux décisions. Leur fonction dans ces conseils est une fonction critique de défense de leurs mandants. Les syndicats bénéficient d’un statut imposé par les différentes lois qui ont donné naissance au syndicalisme dans notre pays. Les syndicats bénéficient de moyens attribués par la loi concernant leur action au sein de l’entreprise.

 

3 – les actionnaires de l’entreprise et ses autres investisseurs ont confié leur argent à l’entreprise et espèrent ainsi toucherun bénéfice. Le risque qu’ils encourent est de perdre leur investissement. C’est pourquoi les investisseurs avisés se tournent de préférence vers les entreprises rentables et bien organisées.

 

4 – les actionnaires salariés ont une double appartenance. Ils appartiennent à l’entreprise et font aussi parti des investisseurs. Ces actionnaires sont attentifs à la survie de leur entreprise car si l’entreprise fait faillite ils deviennent chômeurs. Ces employés actionnaires sont engénéral très au fait d’une part de la vie économique en général et d’autre part de la bonne santé de leur entreprise. C’est pourquoi dès la constitution des premières associations d’actionnaires salariés les entreprises ont facilité leur existence. Les actionnaires salariés pour le moment n’ont pas encore acquis les moyens légaux nécessaires à leur développement.

 

5 – les médias économiques et les autres médias généralistes sont appelés à commenter les résultats de l’entreprise, ses perspectives d’avenir, son innovation, sa rentabilité en un mot sa survie. Avec les médias il y a aussi les agences de notation et les cabinets de conseils divers en relation avec les investisseurs et le monde de la finance.

 

Ces cinq acteurs contribuent à la bonne santé de l’entreprise et c’est l’amélioration de leur coopération qui permettra d’améliorer la compétitivité des entreprises Françaises. Dans un monde perturbé par une innovation galopante et une économie de plus en plus compétitive il est nécessaire d’être sensible à l’effort de tous. Une meilleure organisation permanente est une impérieuse nécessité.

 

Pour un investisseur il est naturel de se préoccuper de la bonne santé de l’entreprise à laquelle il confie son investissement. Outre les conseils de ses banquiers et des prescripteurs divers qu’il peut consulter il se préoccupera de savoir où en est la participation dans les entreprises qu’il aura retenues. En effet la présence d’une participation significative dans l’entreprise est un signe de bonne santé encourageant.

 

L’APSA, Association pour la Participation des Salariés par l’Actionnariat, est la première association créée en 1986 qui s’est proposée d’encourager la participation au sein des entreprises Françaises.

 

L’APSA continue sa mission. Elle se propose de contribuerau développement de la Participation en France en organisant des études et des manifestations mettant en présence des personnalités politiques, des universitaires, des experts, des financiers, des avocats, des chefs d’entreprises, des investisseurs, des homologues étrangers.

 

 
Dernière modification : 15/11/2019